À la UneActualitésAfriqueChroniquePetrole et gazPolitiqueSociété

Sénégalaiseries Par Ibou Fall

Pétards mouillés, écrans de fumée : les massages du mois de joint…

À quelques encablures du redoutable discours de politique générale alors que l’attendent des députés qui lui sont hostiles en majorité, le Premier ministre Ousmane Sonko ne semble pas vraiment se concentrer sur son sujet.
Ça fait déjà curieux d’apprendre le mois passé que le « Projet », via un laconique communiqué du Conseil des ministres, est en instance de rédaction et ne sera présenté qu’en fin d’année, si le Sénégal est toujours une République démocratique d’ici là.
Cela fait pourtant une décennie que PASTEF nous le vend, avec un pic à compter de février 2021, alors qu’éclate l’affaire Sweet Beauty.
Un complot d’Etat.
On est en pleine Covid quand le chouchou du Parlement, sans doute usé par son sacerdoce qui lui ruine la santé, cherche remède à un mal de dos congénital que même la graisse de boa africain calme mais ne soigne pas.
Ah, la maudite cinquième lombaire !
Les aléas du GPS tropical sans doute, en plein couvre-feu, l’induisent en erreur : au lieu de frapper à la porte d’un cabinet de kinésithérapeute à la réputation indiscutablement panafricaine, Monsieur l’honorable député du peuple toque chez la tenancière d’un p’tit salon de massage aux offres très peu académiques…
Tant qu’à faire, autant soigner le mal par le mal.
C’est sur une jeune femme surgie du néant, aux études sommaires mais aux doigts de fée et aux formes voluptueuses que le chantre de la gouvernance vertueuse tombe par accident.
Chienne de vie…
Il n’en faut pas plus à Macky Sall et sa smala pour monter en épingle une affaire cousue de fil blanc. On y trouve de tout : ministres, généraux, magistrats, avocats, journalistes, politiciens et autres fonctionnaires de seconde zone.
La totale en résumé, pour prendre d’assaut la volonté populaire et mettre à mal la légitimité de celui qui déclare d’avance sa candidature à la présidentielle de 2024 et que le peuple plébiscite avant l’heure.
Ce ne serait pas une première sous nos cieux démocratiques : c’est aussi vieux que la République. Depuis Mamadou Dia, jusqu’à Khalifa Sall, le « système » bouffe ses enfants vertueux.
Il leur suffit juste d’un faux-pas mal venu pour se retrouver sur la paille humide d’un cachot.
À ce moment précis, comprenez février 2021, il n’est plus question de don de sang pour guérir des malades mais de sacrifice extrême pour sauver la vision messianique d’Ousmane Sonko, le patriote suprême mâtiné du statut de lanceur d’alerte ultime, le député du peuple intraitable sur la bonne gouvernance, le panafricaniste fondamental que le camaïeu souverainiste du continent guette depuis l’assassinat de Sankara.
J’avoue : les superlatifs me manquent…
Le dessein pastefien sera ingurgité avec pertes et fracas par une faune de mécontents, laquelle délèguera en mars 2024 54 % des électeurs pour bouter les piliers et sous-fifres du « Système » loin des ors de la République.
Détail de moindre importance : ce n’est pas le Patriote capital que le peuple porte au pouvoir mais son timide lieutenant qui a le bon goût de confondre le droit avec de l’anthropophagie très africaine et nos augustes magistrats avec des cannibales.
Le tandem des sauveurs d’un peuple aux abois jaillit de prison en même temps et pose bras dessus, bras dessous, devant les caméras une semaine avant le sacre. Dans ma turbulente enfance, j’ai connu Laurel et Hardy, Dupont et Dupond, Aladji Môr et Makhourédia Guèye.
À l’âge de la retraite, persuadé d’avoir tout enduré, je prends par surprise en pleine poire Ousmane et Diomaye…
Macky Sall que le remords ronge depuis qu’il renonce à sa candidature pour la présidentielle de 2024, enjambe allègrement toutes les convenances afin d’expier sa faute : amnisties tous azimuts, accusations de corruption de magistrats, croc-en-jambe discret mais efficace à son candidat, rencontres nocturnes, petites gentillesses occultes envers l’ennemi…
Au final, le 02 avril 2024, le Palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor accueille un nouvel occupant qui prend ses quartiers pour l’heure au King Fahd.
Faut absolument déminer avant d’occuper les lieux ? On est en Afrique, n’oubliez pas.
Comme il faut s’y attendre, le Premier ministre est l’autre variable de l’équation « Diomaye môy Sonko ». Problème : ni l’un ni l’autre n’a la moindre expérience gouvernementale.
Ousmane Sonko, élu récemment maire de Ziguinchor, a juste le temps de s’asseoir dans le maroquin de la capitale du sud que la justice de Macky Sall le poursuit de ses assiduités. Quant à Diomaye, lors de ces municipales, il n’est pas même capable de remporter la mairie de son village.
Il faut croire qu’à la présidentielle, les électeurs de Ndiaganiao auront transhumé…
Bref, ils sont aux commandes de la République et le peuple piaffe d’impatience de découvrir leur maestria : les recrutements par appels à candidatures, la fin de la dette publique, la sortie de la zone CFA, l’expulsion de la France sans ménagement avec un coup de pied dans le popotin de leur dernier bidasse sur nos terres, les pédés pendus haut et court, le wolof comme langue officielle et le « seur’ou Ndiago » en tenue d’apparat durant les fastes républicains…
Ça va bientôt faire cent jours que les 54 % des électeurs et leurs camarades de jeu attendent. Apparemment, c’est laborieux.
Ils assistent à quelques shows, dont le spectacle de Jean-Luc Mélenchon qui ouvre le bal en guest star par un plaidoyer, ô sacrilège, pour le mariage gay. Chacun nous ramène son toubab à chaque génération, pour ne rien changer aux traditions : Senghor et Pompidou, Diouf et Chirac, Wade et Sarkozy, Macky et Macron, Sonko et Mélenchon.
Ça fait toujours sophistiqué de poser avec son Français pour la postérité…
Oui mais ça ne suffit pas à meubler le temps que l’on trouve anormalement long quand on s’ennuie. Comme un 31 décembre, il faut du pétard, même mouillé, pour animer la scène. Les injustices de la Justice par exemple, inspirent un grand-place où vont plastronner des assassins de juge amnistiés, des charlatans élargis de justesse et des insurgés en rupture de ban. Ou alors, pour le buzz, les mécomptes fiscaux de la presse que Macky Sall a corrompue jusqu’à la moelle.
Côté théâtre, on ne se gêne pas : quand le bigame Diomaye s’offre deux béliers au rabais chez l’humoriste Gallo Thiéllo, le protocole obséquieux s’interdit de ricaner. Cette expédition téméraire dans l’univers des pauvres fait tout de même moins de bruit que le raout au Grand Théâtre de son Premier ministre Ousmane Sonko devant son parterre d’inconditionnels auxquels il apprend avec une désarmante désinvolture le petit nom de son patron : Serigne Ngoundou.
Notre Premier ministre ne doute de rien…
Bien au contraire, le leader de PASTEF se disperse depuis sa prise de fonction avec une sorte de légèreté surréaliste en multipliant les sorties médiatiques, lesquelles sont autant de déclarations de guerre contre les piliers de l’Etat de droit démocratique. Un coup, ce sont les magistrats, et même les lois qui ne lui conviennent pas ; un autre, les planqués de l’ancien régime qui se partagent les terres de la corniche et les voitures de la Présidence, ou alors les journalistes à la moralité douteuse dont il faut réduire à néant les capacités de nuisance par les impôts. Il se voit des ennemis partout, planqués dans des pays lointains, occupés à concocter des putschs contre le nouvel Etat démocratique qui naît du champ de ruines laissé par Macky Sall.
Tant d’écrans de fumée qui sont autant de massages pour garder la flemme de s’indigner. Souriez quand même : c’est le mois de joint…

IBOU FALL

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
RTP Live> Link RTP Slot Gacor Pragmatic Tertinggi Hari Ini Resmi! Hari Ini Ada Slot Gacor Terbaru Pragmatic Play SBOBET: Daftar & Login Situs Agen Judi Bola SBOBET88 https://anakdajal.tilley.com/products/daftar-slot777-gacor/